Mode : Barre d'outils Agrandir 

Autour du Phare du bout du monde

 

 

« Le Phare du bout du monde »

Une rencontre

autour d’un livre et d’un spectacle

 

Pour cette rencontre autour du Phare du bout du monde, voici une proposition de démarche à réaliser en deux étapes 

Etape 1: Une animation dans la classe avec l’instituteur ou l’institutrice.

L’animation en classe précède le spectacle. La découverte du livre est  partielle. Elle donne aux enfants l'envie de connaître l'histoire dans sa totalité et de rencontrer l’auteur.

A : observer la couverture et 3 illustrations

- Les enfants observent  la couverture du livre sans le titre. On aborde avec eux les notions d'auteur, d’illustrateur et d’éditeur.

 

       On voit sur la couverture : un chat, un phare et  une trousse de     

       secours. Les enfants émettent des hypothèses sur l'histoire et sur le titre.

 

 

 

- Les enfants observent 3 illustrations du livre, par exemple celle de l’éléphanteau avec sa lettre, celle du chien qui arrive et celle du chien qui raconte ses souvenirs à l’aide de son « livre des souvenirs ».

           

 

Les enfants tentent de comprendre ces 3 images. Ils émettent des hypothèses et ils argumentent.

L'objectif de cette découverte partielle est de susciter chez l'enfant  le questionnement, l'envie d'en savoir plus et de connaître l’auteur.

B : Réaliser un livre des souvenirs

Chaque enfant va faire une  production individuelle. Il va créer un livre des souvenirs. 

(Par exemple, une feuille de papier dessin plié en 2, ce qui fait  4 pages)

Sur la première page qui est comme une page de couverture, l’enfant met sa photo. Il écrit son prénom dans la couleur qu’il préfère.

Sur la deuxième page qui est une page intérieure, l’enfant dessine un objet précieux pour lui, chargé de souvenirs

Sur la troisième page qui est également une page intérieure, l’enfant dessine un lieu aimé, chargé de souvenirs

Ce livre créé par les enfants est le même livre que celui créé par chien. Les enfants l’ont découvert sur une des 3 illustrations.

Ces « livres-mémoires »  pourront être présentés - brièvement – par les enfants, à l'issue du spectacle.

Ce n'est qu'après avoir vu le spectacle que les enfants comprendront vraiment ce qu'est ce livre.  Ce qui permet d’aborder les notions de mémoire - souvenirs- racines.

Envoyer une carte postale

Les enfants envoient  une carte postale à l’auteur. Sur la carte postale, il y a l’image de Goéland avec sa sacoche. Les enfants écrivent leurs propositions de titre pour le livre et une question qu’ils veulent poser à l’auteur… De cette façon, il y a déjà un lien tissé entre l’auteur et les enfants avant la rencontre.

                              

Temps 2 : Le spectacle et la rencontre avec l’auteur

La comédienne se présente d’abord au public comme une inventeuse d’histoire. Pour inventer une histoire, elle  boit du thé aux lettres…Toutes les lettres se mélangent dans sa tête et elles deviennent une histoire… C’est l’histoire de Maya, la gardienne de phare. Maya fait revivre « Le Phare du bout du monde » avec comme toile de fond les images du livre qui défilent sur un kamishibaï. Elle conte, joue et chante en s’accompagnant de l’accordéon.

Le spectacle se prolonge par un échange avec les enfants autour de ce qu’ils ont  pensé de l’histoire, autour des questions qu’ils souhaitent poser sur le livre ou sur le spectacle. Ils ont l’occasion de poser des questions sur le métier d’auteur, comment on écrit un livre, comment on l’illustre, combien de temps cela prend-il, etc… et sur le métier de comédienne, comment on crée un spectacle, comment on apprend à le jouer… Les questions sont bien sûr multiples et varient fort en fonction de l’âge des enfants… Ce moment est aussi l’occasion pour les enfants de présenter leur propre « livre de la mémoire » s’ils en ont créé un en classe.    

 

Modalités pratiques :

La rencontre se fait devant 2 classes, de la 3ème maternelle à la quatrième primaire, si possible dans un endroit calme. L’occultation est souhaitée.

L’auteur comédienne peut amener en plus de son matériel, des gradins (planches fixée à des seaux et des tabourets de différentes hauteurs) et de la lumière.

Le montage peut durer plus ou moins 1h30. Une aide est souhaitée au déchargement du matériel, pour placer les gradins et aussi pour enlever les gradins et pour recharger le matériel.

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Add Content...

 

 

« Le Phare du bout du monde »

Une rencontre

autour d’un livre et d’un spectacle

 

Pour cette rencontre autour du Phare du bout du monde, voici une proposition de démarche à réaliser en deux étapes 

Etape 1: Une animation dans la classe avec l’instituteur ou l’institutrice.

L’animation en classe précède le spectacle. La découverte du livre est  partielle. Elle donne aux enfants l'envie de connaître l'histoire dans sa totalité et de rencontrer l’auteur.

A : observer la couverture et 3 illustrations

- Les enfants observent  la couverture du livre sans le titre. On aborde avec eux les notions d'auteur, d’illustrateur et d’éditeur.

 

       On voit sur la couverture : un chat, un phare et  une trousse de     

       secours. Les enfants émettent des hypothèses sur l'histoire et sur le titre.

 

 

 

- Les enfants observent 3 illustrations du livre, par exemple celle de l’éléphanteau avec sa lettre, celle du chien qui arrive et celle du chien qui raconte ses souvenirs à l’aide de son « livre des souvenirs ».

           

 

Les enfants tentent de comprendre ces 3 images. Ils émettent des hypothèses et ils argumentent.

L'objectif de cette découverte partielle est de susciter chez l'enfant  le questionnement, l'envie d'en savoir plus et de connaître l’auteur.

B : Réaliser un livre des souvenirs

Chaque enfant va faire une  production individuelle. Il va créer un livre des souvenirs. 

(Par exemple, une feuille de papier dessin plié en 2, ce qui fait  4 pages)

Sur la première page qui est comme une page de couverture, l’enfant met sa photo. Il écrit son prénom dans la couleur qu’il préfère.

Sur la deuxième page qui est une page intérieure, l’enfant dessine un objet précieux pour lui, chargé de souvenirs

Sur la troisième page qui est également une page intérieure, l’enfant dessine un lieu aimé, chargé de souvenirs

Ce livre créé par les enfants est le même livre que celui créé par chien. Les enfants l’ont découvert sur une des 3 illustrations.

Ces « livres-mémoires »  pourront être présentés - brièvement – par les enfants, à l'issue du spectacle.

Ce n'est qu'après avoir vu le spectacle que les enfants comprendront vraiment ce qu'est ce livre.  Ce qui permet d’aborder les notions de mémoire - souvenirs- racines.

Envoyer une carte postale

Les enfants envoient  une carte postale à l’auteur. Sur la carte postale, il y a l’image de Goéland avec sa sacoche. Les enfants écrivent leurs propositions de titre pour le livre et une question qu’ils veulent poser à l’auteur… De cette façon, il y a déjà un lien tissé entre l’auteur et les enfants avant la rencontre.

                              

Temps 2 : Le spectacle et la rencontre avec l’auteur

La comédienne se présente d’abord au public comme une inventeuse d’histoire. Pour inventer une histoire, elle  boit du thé aux lettres…Toutes les lettres se mélangent dans sa tête et elles deviennent une histoire… C’est l’histoire de Maya, la gardienne de phare. Maya fait revivre « Le Phare du bout du monde » avec comme toile de fond les images du livre qui défilent sur un kamishibaï. Elle conte, joue et chante en s’accompagnant de l’accordéon.

Le spectacle se prolonge par un échange avec les enfants autour de ce qu’ils ont  pensé de l’histoire, autour des questions qu’ils souhaitent poser sur le livre ou sur le spectacle. Ils ont l’occasion de poser des questions sur le métier d’auteur, comment on écrit un livre, comment on l’illustre, combien de temps cela prend-il, etc… et sur le métier de comédienne, comment on crée un spectacle, comment on apprend à le jouer… Les questions sont bien sûr multiples et varient fort en fonction de l’âge des enfants… Ce moment est aussi l’occasion pour les enfants de présenter leur propre « livre de la mémoire » s’ils en ont créé un en classe.    

 

Modalités pratiques :

La rencontre se fait devant 2 classes, de la 3ème maternelle à la quatrième primaire, si possible dans un endroit calme. L’occultation est souhaitée.

L’auteur comédienne peut amener en plus de son matériel, des gradins (planches fixée à des seaux et des tabourets de différentes hauteurs) et de la lumière.

Le montage peut durer plus ou moins 1h30. Une aide est souhaitée au déchargement du matériel, pour placer les gradins et aussi pour enlever les gradins et pour recharger le matériel.

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Add Content...